“Ce sont amis que vent emporte” par Gilbert Ahnee

Catégorie Sortir | Ile Maurice / Publié le 12 Décembre 2017

Vendredi 15 décembre, rendez-vous à la Municipalité de Curepipe, à 19 heures. Ce sera l’occasion d’entendre l’orchestre de jeunes de cité Mangalkhan.

La cité Mangalkhan, ceux qui passent par là pourraient ne jamais la voir. En allant vers Curepipe, du carrefour d’Allée Brillant, il y a cette sorte de bretelle qui conduit presque directement vers Floréal, contournant la cité. Puis, en revenant de Curepipe, il suffit, après la station-service, de prendre la route du sucre pour au fond ne jamais voir le quartier d’où Stephan Buckland a sprinté vers sa notoriété mondiale. Mais désormais on peut le croire, la région a les moyens de se faire entendre. Et de fort belle manière. Les flûtes, clarinettes, violons, violoncelles des enfants de la cité nous racontent une très belle histoire.

Dans le discours budgétaire pour l’année 2010, voici huit ans, le ministre des Finances d’alors annonça qu’il souhaitait, en vue d’un espace économique élargi, "ouvrir davantage de perspectives aux enfants et jeunes de quartiers défavorisés qui ont le potentiel pour poursuivre une carrière dans l’industrie des arts créatifs". Et à M. Sithanen de poursuivre : "Inspiré par l’expérience El Sistema en Amérique latine, un programme sera établi, avec la participation d’artistes d’expérience, pour promouvoir l’intérêt pour les artistes du spectacle. Le programme a pour objectif d’introduire les enfants à un nouveau monde de musique, de camaraderie et d’autonomisation. Cela utilisera la musique pour leur enseigner à travailler avec les autres en vue d’un but commun, tout en devenant des chanteurs et instrumentistes accomplis".

En 2010, il y eut aussi des élections générales, cela valant au pays le remplacement du ministre des Finances sortant par un autre, moins soucieux semble-t-il de voir reproduire le célèbre projet musical du Venezuela à Maurice. Plus jamais la belle idée d’intégration sociale et de rattrapage scolaire au moyen de la musique fut-elle évoquée par les pouvoirs publics.

Mais il n’y a pas que les pouvoirs publics. Il y a aussi les bonnes volontés privées, le dynamisme de la passion, dont celle de la pianiste Leslie Merven, la ténacité de pédagogues et enseignants sachant combien de fois il faut remettre l’ouvrage sur le métier. Et il y a surtout ces incroyables enfants et adolescents, doués, talentueux, mais pas seulement. Ayant des facilités, certes, mais aussi tenaces et disciplinés. Ce qui donne l’envie de citer Brassens : "Mais sans technique, un don n'est rien qu'un' sal' manie..."

Il faut voir et écouter les enfants de Vent d’un rêve. Lorsque les quelque 35 musiciens confirmés – dont de très jeunes – jouent en formation, si on ferme les yeux, si c’est un peu jazzy, on a le sentiment – non ce n’est pas exagéré – que le son n’est pas loin de celui du grand orchestre de Glenn Miller. Be in the mood !

Gilbert AHNEE - L'Observateur
Ancien responsable de publications à Maurice et à Madagascar, Gilbert Ahnee fut journaliste d’opinion pendant un quart de siècle.

Autres articles Sortir et Ile Maurice

commentez cet article

Actuellement

DREAMERS 8

Film of the week

92%

On écoute

98%

Top de la semaine

Top du mois

2769 vues
Marygeann invite The Prophecy dans son nouveau clip
2093 vues
La résurrection du théâtre de Port-Louis
1257 vues
Attitude, putain 10 ans!
1223 vues
Rasinn Kare, le nouveau groupe mauricien qui monte
1186 vues
La marche historique des artistes mauriciens
1034 vues
Lionel Permal: 'Ce n'est plus notre festival, c'est le (...)
971 vues
Elite - Saison 1
928 vues
Cat Power, sublime délicatesse
825 vues
Dreamers, le grand huit à Grand Baie !
747 vues
Le maloya électronique de Maya Kamaty

Top 2018

1
7400 vues
Le nouveau A4C, made in Camp Caval
2
6011 vues
Le jazz mauricien brille avec Jerry Léonide
3
5860 vues
Fusion et liberté avec Jerry and the Resistance