'Invisible Man', l'ennemi invisible

Catégorie Popcorn | Cinéma / Publié le 03 Avril 2020

'The Invisible Man', le roman de science-fiction de H. G. Wells publié en 1897, est éternel. Après 'Hollow Man' de Paul Verhoeven en 2000, on monte (largement) en gamme avec 'Invisible Man'. L’australien Leigh Whannell, scénariste du culte et sadique 'Saw', réalise et scénarise à merveille cette nouvelle adaptation particulièrement dans l’air du temps. Puissant !

Âme sensible s’abstenir ? En ces temps de confinement, ‘Invisible Man’ était la dernière nouveauté des cinémas mauriciens avant fermeture des portes. Le coronavirus a éteint les projecteurs. Nous avions mis de côté ce papier, en attendant des jours meilleurs. Le plaisir n’attend pas. 'Invisible Man' de Leigh Whannell est une formidable surprise. D’une puissance visuelle et sonore étonnante, cette énième adaptation d’une histoire à dormir debout n’a ici rien d’un film de science-fiction. On bifurque ici largement vers le film psychologique et d’épouvante, avec une narration particulièrement habile et subtile. A l’écran, Elisabeth Moss, star de 'The Handmaid’s Tale', signe une performance saisissante, particulièrement physique. L’homme invisible symbolise ici une terrifiante métaphore sur la violence conjugale. #MeToo n’est pas loin. Sans lourdeur aucune. Captivant, anxiogène, surprenant (à l’image d’une scène incroyable dans un restaurant), divertissant… du cinéma comme on l’aime ! Le succès critique et public du film donne des idées aux producteurs de Blumhouse. La maison de production de Jason Blum, spécialisée dans les films d'horreur à petits budgets, prévoit d'adapter un autre classique avec la même équipe: 'Dracula'.

Invisible Man – 84%
De Leigh Whannell
Avec Elisabeth Moss, Oliver Jackson-Cohen, Harriet Dyer...
Genre: Epouvante
Durée: 2h05
Visa: -12 ans
Synopsis: Cecilia Kass est en couple avec un brillant et riche scientifique. Ne supportant plus son comportement violent et tyrannique, elle prend la fuite une nuit et se réfugie auprès de sa sœur, leur ami d'enfance et sa fille adolescente. Mais quand l'homme se suicide en laissant à Cecilia une part importante de son immense fortune, celle-ci commence à se demander s'il est réellement mort...

Victor GENESTAR - Requiem for a Dream
Un nouveau son, une expo, un ciné ? Méfiez-vous tout lui tient à cœur ! Avec sa plume aiguisée, quand tombe le verdict, c'est "L'amour et la violence"...

Autres articles Popcorn et Cinéma

commentez cet article

Film of the week

78%

Nos critiques

78%
de Aaron Sorkin
80%
de Gerard Bush & Christopher Renz
86%
de Craig Zobel
79%
de Spike Lee
75%
de Destin Daniel Cretton
Dans les salles

Top de la semaine

Top du mois

2196 vues
Le voile se lève sur le Kaz'Out 2020!
1522 vues
Stelio, de l'amour et des rêves rodriguais
951 vues
C'était 'Dreamers - La Nuit du Musée'!
898 vues
Pangar, La Réunion crépite !
786 vues
'The Haunting of Bly Manor' un frisson d'impatience
756 vues
Quand la reine de Saba inspire Batuk
666 vues
La Isla 2068, c’est (re)parti !
647 vues
Le line-up du festival La Isla 2068 #3 dévoilé (...)
609 vues
[Vidéo] Good Morning Tamarin avec AnneGa!
608 vues
Woodkid, 7 ans après...

Top 2020

1
12159 vues
'To merit enn kouronn', magnifique cri du cœur de (...)
2
6076 vues
Malaïka met le feu à La Réunion
3
5709 vues
Blakkayo: "Le futur se construit avec les jeunes d'aujourd'hui"