'My Name is Dark', Grimes façon Crystal Castles

Catégorie Musique | Le son de la semaine / Publié le 04 Décembre 2019

Préparez-vous à décoller, la pop électro si spéciale et baroque de Grimes fait son retour ! Après 'Violence' et 'So Heavy I Fell Through the Earth', voici 'My Name is Dark', le troisième extrait du prochain album de la chanteuse canadienne révélée il y a 7 ans avec l’ovni ‘Genesis’. Au vu de ces trois titres, l’album intitulé 'Miss Anthropocene' promet d’être sublime. En attendant sa sortie prévue pour le 21 février 2020, on écoute 'My Name is Dark', notre son de la semaine ! 

Grimes a troqué son électro pop colorée pour une version un peu plus sombre. Au programme, une musique entre synthpop et rock et comme toujours la voix cristalline de Grimes qui sur ce morceau s’improvise fêtarde blasée. Le tout donne 'My Name is Dark' un son à l’ambiance lo-fi et d’outre-tombe très Crystal Castles, mais en version plus pop, qui confirme le talent de la canadienne. Surdouée (pour l’anecdote en couple avec Elon Musk), elle a elle-même écrit, composé et produit le titre ! 

Après son album à succès, 'Art Angels', sorti en 2015, 'Miss Anthropocene' sera le dernier album de Grimes sur le label 4AD. 

Ecoutez 'My Name is Dark' de Grimes :


Aniouta COTEGAH - Juste la fin du monde
Jeune, libre et impertinente, avec Aniouta Cotegah le futur c'est maintenant. La nouvelle vague? Sa passion. Son idole? Xavier Dolan, forcément.

Autres articles Musique et Le son de la semaine

commentez cet article

On écoute

87%

Top de la semaine

Top du mois

883 vues
Avec 'Tipa', Ribongia poursuit son hommage à La Réunion... (...)
676 vues
La Isla 2068 reportée au samedi 21 mai 2022
590 vues
[vidéo] La Citadelle de Port-Louis ressuscite avec We Love (...)
552 vues
[60 secondes] Brian Lamoureux et son mur de Port-Louis
537 vues
'Biohackers', les nouveaux pirates

Top 2021

1
5196 vues
Two Motions, le nouveau duo électrique made in Mahébourg
2
2695 vues
Balade dans la nuit de Port-Louis avec Junior Marina
3
2466 vues
D’Eau Coulée à Paris, le nouveau monde de Greg