'Parasite', énième oublié des cinémas mauriciens

Catégorie Popcorn | Cinéma / Publié le 05 Décembre 2019

Être cinéphile à Maurice est un long chemin de croix qui ne passe que trop rarement par les cinémas mauriciens. Au milieu d’une avalanche de blockbusters hollywoodiens et bollywoodiens, s’immiscent quelques comédies françaises (les mauvaises) et séries B (inégales). La programmation des salles mauriciennes manque cruellement d’imagination et de diversité. ‘J’accuse’ de Roman Polanski, ‘The Lighthouse‘ de Robert Egger, ‘Les Misérables’ de Ladj Ly, ‘Hors normes’ d’Olivier Nakache et Eric Toledano, ‘Douleur et Gloire’ de Pedro Almodovar, ‘Parasite’ de Bong Joon-ho… autant de films d’auteur acclamés (et de succès au Box-Office) qui n’ont pas eu les ‘honneurs’ d’une sortie sur l’île. Incohérent. Parlons cinéma. ‘Parasite’, Palme d’or du dernier festival de Cannes, a fait l’unanimité partout où il est passé. Séance de rattrapage sur un film formidable.

Bong Joon-ho est un phénomène. Le réalisateur et scénariste Sud-Coréen des excellents ‘Memories of Murder’ (2003), ‘The Host’ (2006), ‘Snowpiercer’ (2013) et plus récemment ‘Okja’ (2017 pour Netflix), a frappé un nouveau grand coup avec ‘Parasite’, fable sociale complètement folle et génialement audacieuse tournée dans la banlieue de Séoul. Son film, entre comédie noire et thriller en huis-clos, séduit par son récit rythmé et captivant: les membres d’une famille au chômage vivant dans un sous-sol tentent de se faire embaucher individuellement par une richissime famille vivant dans une maison ultra-moderne. Toujours malin et filmé de manière virtuose, ‘Parasite’ est pensé comme une parabole contemporaine sur la lutte des classes. Les acteurs, en tête la star Kang-ho Song, sont au diapason du récit comme habité par une folie contagieuse. Du cinéma incisif comme on l'aime. Jubilatoire. A voir d'urgence... en streaming.


Parasite – 90%
De Bong Joon-ho
Avec Kang-Ho Song, Woo-sik Choi, Park So-Dam...
Genre: Thriller - Comédie
Durée: 2h12
Visa: -12 ans
Synopsis: Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit a? se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne...

Victor GENESTAR - Requiem for a Dream
Un nouveau son, une expo, un ciné ? Méfiez-vous tout lui tient à cœur ! Avec sa plume aiguisée, quand tombe le verdict, c'est "L'amour et la violence"...

Autres articles Popcorn et Cinéma

commentez cet article

Actuellement

LA ISLA 2068 #3

Film of the week

84%

Nos critiques

84%
de Leigh Whannell
78%
de Todd Haynes
85%
de Guy Ritchie
83%
des Safdie Brothers
81%
de Sam Mendes
Dans les salles

Top de la semaine

Top du mois

2081 vues
Top 10: Le monde du street art face au (...)
1156 vues
Les ambitions de Go Out!
1099 vues
La culture panafricaine à l’honneur du ALU Arts Fest
1014 vues
Ghetto Kumbé, trio colombien à suivre!
978 vues
'Lam An Doz', le message d’amour de Maya Kamaty
956 vues
Odezenne, Pouchkine et mythologie
954 vues
Un Mama Jaz 2.0 avec Gina & Belingo
899 vues
'The Outsider', le dernier Stephen King en série
888 vues
Patyatann 2.0: confinement créatif et nouveau chapitre
875 vues
'Dark Waters', la contamination lente

Top 2020

1
4814 vues
Malaïka met le feu à La Réunion
2
3739 vues
AnneGa raconte son nouveau clip avec Azim Moollan
3
2392 vues
Le Tango Bluz de Zulu