'Akelarre' met le feu au bûcher

Catégorie Popcorn | Cinéma / Publié le 15 Mars 2021

Netflix distille ses merveilles au compte-gouttes. Enfin, point de production Netflix ici mais un film espagnol historique destiné à une sortie en salles mais que personne - ou presque - n’aura pu voir au cinéma dans ce monde confiné. Vendredi 12 mars, Netflix sauve la mise et propulse le film d’auteur 'Akelarre' aux quatre coins du globe. Entre temps, 'Akelarre' sonnait sa vengeance en raflant 5 récompenses (surtout techniques) lors de la cérémonie des Goya 2021, l'équivalent des oscars pour le cinéma espagnol. C’était le 6 mars dernier. Un triomphe mérité pour ce film magnifique, tant dans la forme que dans le fond, qui revient sur la terrifiante chasse aux sorcières dans le Pays Basque au XVIIe siècle.

Le méconnu réalisateur argentin Pablo Agüero (Eva ne dort pas) sort de l’ombre. Son 'Akelarre' (terme basque pour désigner le 'sabbat', ces assemblées nocturnes de sorcières), tourné au Pays Basque entre l’Espagne et La France, notamment à St Jean de Luz, frappe d’entrée par son élégance visuelle. Décor immersif, casting épatant, photographie crépusculaire, tous les ingrédients d’un grand film sont réunis. 'Akelarre', film historique au premier abord classique, est finalement révolté. 

L’histoire fait froid dans le dos et suit de manière intimiste, sans effets grandiloquents, le procès d’une bande d’amies de 17 ans accusées de sorcellerie pour avoir dansé dans les bois. Cet ersatz de procès est le reflet d’un pan tristement historique de l'Inquisition espagnole du XVIIe siècle où 7000 femmes (ou jeunes filles) ont été jugées dans des villages du Pays basque pour éliminer la sorcellerie. Une période d’hystérie collective, sur fond d’hypocrisie et de religion, sobrement dépeinte dans le film. La femme est mise sur le bûcher. Captivant et révoltant, 'Akelarre' devient jouissif quand son réalisateur sonne la révolte offrant une autre lecture du film, plus contemporaine et engagée. A voir.

Akelarre – 91%
De Pablo Agüero
Avec Alex Brendemühl, Amaia Aberasturi, Daniel Fanego...
Genre: Drame historique
Durée: 1h32
Visa: -12
Synopsis: Pays Basque, 1609. Les hommes de la région sont partis loin en mer. Ana, 17 ans, participe pour la première fois à une fête dans les bois, la nuit, avec d’autres filles du village. A l’aube, elles sont arrêtées. Le juge Rosteguy De Lancre, missionné par le Roi pour purifier la région, les accuse de sorcellerie. Certain d’avoir trouvé là sa plus belle affaire, il décide de tout entreprendre pour leur faire avouer ce qu’elles savent sur le Sabbat, cette cérémonie magique au cours de laquelle le Diable est censé adouber ses servantes et s’accoupler avec elles.

Victor GENESTAR - Requiem for a Dream
Un nouveau son, une expo, un ciné ? Méfiez-vous tout lui tient à cœur ! Avec sa plume aiguisée, quand tombe le verdict, c'est "L'amour et la violence"...

Autres articles Popcorn et Cinéma

commentez cet article

Film of the week

83%

Top de la semaine

Top du mois

1603 vues
Les révélations sidérantes de 'Seaspiracy'
1390 vues
'Woke', Vincent Brasse en plein cœur
1041 vues
'Dan Bwa', la fête mauricienne selon Babani Soundsystem
890 vues
'Godzilla vs. Kong', gigantesque délire
876 vues
Dansez avec le nouveau Jungle !
875 vues
'The Dissident', magistral documentaire sur l’affaire Khashoggi
839 vues
De Bombay à New-York avec Davesar
822 vues
Prix Pritzker 2021: le bien-être l’emporte sur les paillettes
801 vues
'Le Serpent': De la Hippie Trail à la Freak (...)
793 vues
'Akelarre' met le feu au bûcher

Top 2021

1
1603 vues
Les révélations sidérantes de 'Seaspiracy'
2
1390 vues
'Woke', Vincent Brasse en plein cœur
3
1041 vues
'Dan Bwa', la fête mauricienne selon Babani Soundsystem