Bollywood News : Retour sur PK

Catégorie Popcorn | Cinéma / Publié le 23 Mars 2015

Chaque semaine Ranveer Gunessee propose sa vision personnelle du monde de Bollywood dans sa chronique "Bollywood News". Cette semaine Ranveer revient sur le plus gros succès Bollywoodien de 2014, un film phénomène : PK.

Pour ma première critique sur La Isla Social Club, j'ai choisi de vous parler, non pas d'un film tout récent, mais de la belle surprise de l’année dernière, une grosse claque pour moi, le film PK.

Le film, une comédie satirique bollywoodienne avec un zeste de science fiction, a été projeté dans nos salles fin 2014. Ce film reprend la même équipe que le magnifique "3 idiots" sorti en 2009. Donc, je rentre dans la salle de cinéma avec une certaine excitation et un à priori positif. Et la je ne peux m’empêcher de ressentir une petite appréhension, car en règle générale quand je vais voir un film en m’attendant à ce qu’il soit bien, je ressort de la salle de cinéma toujours un peu déçu. Sauf que la ... ça n’a pas été le cas, je suis resté scotché sur mon fauteuil du début à la fin. J’ai ri, j’étais triste, en colère etc... mais surtout je suis sorti de la salle de cinéma, étonné par l’intelligence du film et le traitement d'un tel sujet.

PK (joué par Aamir Khan) est un Alien qui débarque sur terre en mission de recherche. Son vaisseau atterrit au Rajasthan, en Inde. Malheureusement pour ce dernier, le premier contact qu’il a avec un humain se solde par le vole de son pendentif, le seul moyen qu’avait PK de prendre contact avec son vaisseau pour repartir. Commence alors pour PK un long périple à la recherche du fameux pendentif. Un périple au cours duquel il va faire des rencontres, mais aussi et surtout il va découvrir un concept inconnu pour lui : La Religion.

Au début du film, à son arrivée sur terre PK nous apparaît nu, tel un enfant qui vient de naître. Et tout comme cet enfant qui vient de naître, PK incarne l’innocence même, dans sa manière d’être mais surtout dans son point de vue sur nous les humains. Ce petit détail est très important pour la suite du film, car le film aborde avec la religion, un aspect ultra sensible de notre société. Il est donc très important que le point de vue de notre personnage principal sur ce sujet soit le plus objectif possible. Le réalisateur y parvient de main de maître, posant les bonnes questions et apportant des réponses logiques, sans qu’à aucun moment le concept de religion ne soit bafoué. Le tout avec beaucoup, beaucoup d’humour.

Le jeu des acteurs est sans faille. Aamir Khan fait partie d’une petite poignée d’acteurs indiens qui sont de vrais caméléons, a l’aise quel que soit le rôle. Anushka Sharma confirme qu’elle fait partie des bonnes actrices bollywoodiennes, et que quand elle est dans un film avec un bon script et un bon réalisateur elle fait des étincelles. Et même Sanjay Dutt, qui n’a au final que très peu de scènes, apporte une véritable crédibilité à son personnage, qui est certes secondaire mais très important à l’intrigue du film.  

A sa sortie en Inde, le film a dû faire face à une vague de protestations et de poursuites judiciaires de la part d’organismes religieux mais aussi de pratiquants révoltés. Si les réactions sont aussi fortes que ça c’est parce-que le film s’évertue à montrer les déviances de la religion moderne en y apportant des arguments qui sont tout à fait pertinents, sans à aucun moment tomber dans la facilité ou apporter un jugement de valeurs. Une réflexion universelle qui pousse le spectateur à se poser les bonnes questions.

Un film à voir, différent, osé et terriblement intelligent !

Ranveer Gunessee

Ranveer Gunessee - Bollywood News
Ranveer Gunessee est un réalisateur mauricien, spécialiste du cinéma de Bollywood. Il travaille comme réalisateur, producteur et monteur à Digital Island.

Autres articles Popcorn et Cinéma

commentez cet article

Film of the week

88%

Top de la semaine

Top du mois

Top 2024

1
1205 vues
Il est l'heure de s'inscrire au concours Konpoz to (...)
2
949 vues
Manu Desroches, de 'La Terre' aux étoiles
3
919 vues
Déjà plus de 20,000 vues pour la vidéo du (...)