L'Atelier Mo'Zar au Brésil: de l'amour et de la colère

Catégorie Idées | Tendances / Publié le 28 Juin 2019

José Thérèse doit avoir un grand sourire aux lèvres, d’où qu’il soit. Cinq ans après son décès, l’Atelier Mo’Zar, qu’il fonde en 1996, continue de former et d'accompagner les jeunes musiciens de la région de Roche Bois. Une nouvelle équipe, mais toujours la même mission: combattre l’exclusion et permettre aux artistes de se professionnaliser. Après Cuba en 2018, les élèves de l’atelier, surnommés affectueusement les "Mo’mos", se sont rendus à Rio, au Brésil, pour participer à la 16e édition du Rio Das Ostras Jazz & Blues Festival (20-23 juin à 100 kilomètres de Rio). Seize musiciens, sélectionnés par le fameux trompettiste compositeur (et professeur), Philippe Thomas, ont permis au 'séga jazz' de s’exporter vers de nouveaux horizons… à plus de 11.000 kilomètres! Valérie Lemaire, la nouvelle directrice de l’atelier, revient pour La isla sur cette belle aventure.

"C’est difficile à décrire, mais les retombées humaines sont énormes. Le mot qui résume mon impression est ‘fierté’, pour chaque personne qui de près ou de loin soutient le projet Mo'zar et surtout, pour mes Mo'mos!" Valérie Lemaire, qui était du déplacement, reste sous le charme de son voyage. Leur participation au Rio Das Ostras Jazz & Blues Festival s’inscrit dans le programme ‘Fly me to the moon Project’, mis en place par Mo’zar depuis 2 ans, et qui comprend des masterclass, une préparation au HSC Music et la participation à un festival international par an. Pour Jazzy Christophe, saxo alto, 17 ans, (qui a bénéficié d’un stage d’été au Berklee College of Music, à Boston), participer à ce grand festival international était "une incroyable opportunité qui m’a apporté de la maturité sur scène". Comme lui, tous ses camarades sont sur un petit nuage et parlent d’une même voix de ce festival comme "d’un rêve éveillé". Alexson, pianiste de 20 ans, est quant à lui impressionné par l’organisation du festival et "touché d’avoir été traité professionnellement, comme tous les autres artistes pourtant bien plus expérimentés".   

Ce projet d'envergure a été rendu possible grâce au soutien financier du secteur privé (IBL, Currimjee Group, Lottotech, Harel Mallac, Taylor Smith, Deeraman Group, J&B Trading, entres autres). "Quant au gouvernement, rien. Même pas une roupie d’encouragement. Le Ministre de la Culture nous a expliqué que son ministère ne pouvait pas nous aider, personne n’a bougé!", s’indigne Valérie Lemaire. "Aujourd’hui encore il faut mendier pour réaliser nos projets. Le gouvernement n’a visiblement pas compris qu’un artiste en devenir doit pouvoir aller se frotter à d’autres artistes à l’étranger pour progresser." Le coup de gueule de Valérie Lemaire, partagé par le milieu culturel en général et adressé par écrit au gouvernement, est resté sans réponses.

Programmé en ouverture du festival sur la scène 'Novos talentos' (nouveaux talents) et sous le nom ‘The Mo’zar Jazz Band (Ilhas Mauricio)', les Mo’mos ont fait honneur à l’île Maurice. "Humainement, les enfants ont reçu tellement d’amour des Brésiliens, et des Mauriciens via les réseaux sociaux. Lorsque quelqu’un comme Lucky Peterson (NDLR: musicien et chanteur de blues et de jazz américain) félicite et encourage nos élèves, c’est énorme pour eux, ils ont été vus et applaudis par des milliers de personnes!" Sans compter les passagers d’Emirates (entre Dubaï et Rio), qui ont eu droit à une prestation en plein vol suite à la demande de l’équipage!

En attendant l’année prochaine et un nouveau festival (non définit pour l’instant), les élèves poursuivent leur chemin: certains sont rentrés à Maurice pour reprendre les cours et huit autres élèves s’envolent pour l’Italie dans le cadre d’un stage de perfectionnement. L’aventure continue!

[Aller + loin: Voir la vidéo de la prestation des élèves de l'Atelier Mo'Zar au Rio Das Ostras Jazz & Blues Festival 2019]

Stacy FEVRIER - The Butterfly Effect
L’art d’être partout, avec toujours un coup d’avance, c’est Stacy Février. Suivez ici, et nulle part ailleurs, les nouveaux héros de la culture mauricienne et internationale.

Autres articles Idées et Tendances

commentez cet article

Actuellement

LA ISLA 2068 #3

Film of the week

62%

On écoute

92%

Top de la semaine

Top du mois

11204 vues
'To merit enn kouronn', magnifique cri du cœur de (...)
2680 vues
'Unbreakable Man', Hans Nayna en mode Mad Max
1864 vues
Kan, le savant fou des instruments de récup
1760 vues
Les 10 images les plus fortes du World Press (...)
1728 vues
Le tour du monde d’AnneGa
1641 vues
'Zistwar Fer Per', le single ensorçelant de Babani Soundsystem
1544 vues
'All day and a night', la rage d'une vie (...)
1528 vues
Brian Lamoureux, pour l’amour de Port-Louis
1425 vues
Morisyen San Frontyer et les belles couleurs du clip (...)
1403 vues
'Outer Banks', cool comme une chasse au trésor

Top 2020

1
11204 vues
'To merit enn kouronn', magnifique cri du cœur de (...)
2
5291 vues
Malaïka met le feu à La Réunion
3
3983 vues
AnneGa raconte son nouveau clip avec Azim Moollan