l'Ile Maurice aux 500 000 coolies

Catégorie Idées | Histoire & Patrimoine / Publié le 28 Mars 2017

La programmation d’Emmanuel Richon, le conservateur du Blue Penny Museum, beau petit musée du Caudan (Port-Louis), est toujours de qualité et nous éclaire sur l’histoire de l’Ile Maurice. Après l’exposition sur les Chagos puis sur le scientifique mauricien Brown-Sequard (Lire notre article : Charles-Edouard Brown-Sequard le mauricien qui inspira Dr Jekyll ans Mr Hyde.) place à un autre chapitre de l’histoire mauricienne. Du 12 Mars au 23 Avril le Blue Penny Museum organise l’exposition photographique "Coolies, engagés, immigrants". Eclairages.

Le mot "coolie" est un terme désignant entre autres un travailleur libre venu d’Inde au XIXeme siècle. L’Ile Maurice a été l’une des destinations phares de la "route des coolies". Tout a commencé à l’abolition de l’esclavage en 1835. L’agriculture mauricienne nécessitait une main-d'œuvre importante. Faute d’esclaves il a fallu dénicher une nouvelle main d’œuvre. Le 2 novembre 1834, l'Atlas accoste à Port-Louis avec 72 indiens originaires de Calcutta. Ces volontaires indiens seront les premiers des 500 000 coolies "engagés" à débarquer sur notre île jusqu'en 1920.

Provenant essentiellement du Sud-Ouest de l’Inde (Côte de Malabar et Pondichéry) ces nouveaux travailleurs en quête d'un nouvel eldorado se sont "engagés" volontairement à travers un contrat de plusieurs années (au terme duquel en théorie le coolie pouvait revenir dans son pays d’origine). Une vague de dizaines de milliers de coolie a débarqué à l’Ile Maurice passant par le "Coolie Ghat" à Port-Louis (Un site symbolique renommé depuis Aapravasi Ghat et inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité en 2006 pour rendre hommages à ces immigrés qui ont débarqué sur notre île).

Cette main d’œuvre agricole, mais aussi des ouvriers et artisans qualifiés recrutés par la Compagnie des Indes, a subi tout au long du XIXe et du début du XXe siècle un mauvais traitement pouvant rappeler le sort réservé aux esclaves. Ces "émigrés libres" du post esclavagisme ont pourtant permis le développement de l’Ile Maurice.

Le coolie, qui a notamment accompagné les premiers esclaves libres, a eu un rôle essentiel dans la transition économique et social de l’Ile Maurice, contribuant à son équilibre multi-culturel. Le poète mauricien Khal Torabully ira même jusqu’à créer en 1992 le néologisme "coolitude" pour évoquer cette diversité culturelle.

L’exposition "Coolies, engagés, immigrants" rassemble entre autres de nombreux documents administratifs et des photographies de coolies prises par des employés de l’immigration (datant de 1870 au début des années 1900) à leur arrivée à Aapravasi Ghat. L’exposition est en accès gratuit du Lundi au Samedi de 10h à 16h30.

Cet article est un repost du 10 Mars 2016

Victor Genestar - Le Passionné
Un nouveau son, une expo, un ciné ? Méfiez-vous tout lui tient à cœur ! Avec sa plume aiguisée, quand tombe le verdict, c'est "L'amour et la violence"...

Autres articles Idées et Histoire & Patrimoine

commentez cet article

Film of the week

70%

On écoute

95%

Top de la semaine

Top du mois

2089 vues
Les 10 films que l’on attend le plus avant (...)
2084 vues
L’envoûtement selon Saodaj’
940 vues
Saodaj’: ‘J'espère que nous offrirons beaucoup d'émotion au public!’
826 vues
Spoek Mathambo: ‘C’est une époque passionnante!’
818 vues
LA ISLA 2068 | Les hôtels Attitude vous invitent (...)
731 vues
‘Chernobyl’: Bouleversante immersion au cœur de la catastrophe de (...)
664 vues
The OA, voyage après la mort
663 vues
Pongo confirme son statut de nouveau phénomène du Kuduro
627 vues
Santana : aux frontières de la musique Africaine et (...)
623 vues
‘Borderline’, le nouveau single aérien de Tame Impala

Top 2019

1
4739 vues
‘Serenity’: Mélodrame sous les tropiques
2
3579 vues
‘Serenity’, magnifique flop
3
2799 vues
Port-Louis Waterfront, le souffle du renouveau