Le Grenier de tous les fantasmes

Catégorie Idées | Tendances / Publié le 11 Avril 2019

Derrière la vieille poste de la capitale, se cache un monument historique : Le Grenier. Un site emblématique du port de la capitale dont nous aimons vous parler sur la isla. L’imposante bâtisse se situe entre la nouvelle promenade flambant neuve du Port Louis Waterfront, et l’Aapravasi Ghat et l’Hôpital Militaire. Il y a 20 ans, Salim Currimjee, peintre-architecte mauricien, investissait ce lieu pour une de ses expositions. Une première à l’époque! L’artiste est connu pour implanter ses expos dans les lieux les plus insolites de la capitale. En 2016, ce monstre de briques, jusque-là tristement utilisé comme parking, revivait grâce à l’initiative d’une nouvelle plateforme artistique, The Third Dot. L’exposition ‘Borderline’ donnait une nouvelle dimension, et offrait de nouvelles perspectives, à ce vaisseau oublié de la capitale. Avec les festivals ‘Porlwi by People’ (2016) et ‘Porlwi by Nature’ (2017), le Grenier devient un symbole de résistance artistique face au manque d’imagination dans la capitale. Le temps de quelques jours. En ce mois d’avril 2019, le Grenier se réveille et accueille un nouvel événement artistique d’envergure. 

Les murs du Grenier abritent du 12 au 27 avril, une exposition gratuite, réunissant 30 artistes locaux et régionaux. Organisée par la plateforme artistique et culturelle, The Third Dot, basée à Port-Louis, BORDERLINE[S] (avec un ‘s’ cette fois !), revient pour une deuxième édition. Les initiatrices du projet, Alicia Maurel et Laeticia Lor, co-fondatrices de The Third Dot, ne cachent pas leur enthousiasme et leur ambition. "Notre but, dès la première édition, était de pouvoir étendre le réseau artistique dans l’océan Indien. Nous avons tous des histoires communes, ainsi que nos singularités, à raconter,” nous explique Alicia Maurel. Elle cite un théoricien postcolonial Indien, Homi Bhabha, qui a inspiré ‘BORDERLINE[S]’: "For it’s by living on the borderline of history and language, on the limits of race and gender, that we are in a position to translate the differences between them into a kind of solidarity* ".

‘BORDERLINE[S]’ souhaite transmettre des messages venant de toutes les cultures de l’océan Indien, tout en ayant l’objectif "d’encourager les dialogues et l’échange constant, avec le public et les artistes, afin d’envisager une désacralisation de l’Art", précise Alicia Maurel. Pourquoi revenir au Grenier? Laeticia Lor, artiste-peintre, parle d’une évidence: "Au-delà de son patrimoine incroyable, il y a comme un sens d’appartenance. Nous voulions garder une continuité, et faire que ce Grenier, qui fait vibrer la mémoire, soit un lieu de rendez-vous incontournable."  

Suite à un appel à projet, un jury international a sélectionné les propositions de 30 artistes, venant de Maurice, de la Réunion, de Madagascar, de la Tanzanie, du Kenya, de l’Afrique du Sud, de l’Inde et de l’Australie. Le public pourra découvrir durant ces deux semaines, 113 œuvres, au travers de plusieurs médias, dont la peinture, la photographie, la sculpture, la performance artistique ou la vidéo. Une sélection assidue, avec des quotas et des budgets à respecter. Beaucoup de propositions n’ont pu être retenue, "cela fait aussi partie de la vie d’un artiste. On met beaucoup d’émotions dans sa création et parfois cela ne passe pas. Il faut continuer, ce n’est pas grave. Ce sera certainement pour une prochaine fois !" raconte Laeticia Lor avec passion pour l’art. Une énigme subsiste. Comment s’appellera la troisième de Borderline ? On a une suggestion : BORD3RLINE

Les artistes:

MAURICE: Audrey Albert - Nirveda Alleck - Simon Back - Maïti Chagny - Salim Currimjee - Avilla Damar - Stephanie Desvaux - Djuneid Dulloo - Armand Gachet - Jurgen Eric aka Gun - Sultana Haukim - Krishna Luchoomun - Elizabeth de Marcy Chelin - Nishal Purbhoo - Julian Ratinon - Christophe Rey - Alexandre Sanchini - Kavinash Thomoo - Salman Toorawa - Kim Yip Tong

REGION: Smitha Cariappa (Inde) - Jacques Charoux (Australie) - Haji Mussa Chilong (Tanzanie) - Mathilde Fossy (la Réunion) - Peterson Kamwathi (Kenya) - KMVH (la Réunion) - Pierrot Men (Madagascar) - Rose Mudge (Afrique du Sud) - Leila Payet (la Réunion) - Sitaara Stodel (Afrique du Sud)

Les dates :

Borderline(s)

Du 12 au 27 avril 2019

Lun – ven: 10.00 à 17.00

Sam et dim: 10.00 à 15.00

* "Car c’est en vivant à la frontière de l’histoire et de la langue, aux limites de la race et du genre, que nous sommes en mesure de traduire leurs différences en une sorte de solidarité. "

Stacy FEVRIER - The Butterfly Effect
L’art d’être partout, avec toujours un coup d’avance, c’est Stacy Février. Suivez ici, et nulle part ailleurs, les nouveaux héros de la culture mauricienne et internationale.

Autres articles Idées et Tendances

commentez cet article

Film of the week

70%

On écoute

91%

Top de la semaine

Top du mois

2483 vues
Le sud en ébullition avec Oeson, The Prophecy et (...)
2178 vues
Baba Gaïa, déesse des couleurs
1814 vues
L’envoûtement selon Saodaj’
1765 vues
So, la nouvelle face de l’électro mauricienne
1742 vues
Les 10 films que l’on attend le plus avant (...)
1730 vues
Les 16 travaux de Stephan Toussaint
1142 vues
Le Grenier de tous les fantasmes
1137 vues
Batuk secoue l’Afrique du Sud et la planète!
937 vues
Danielle Halbwachs, de retour sur ses terres
861 vues
LA ISLA 2068, en route pour le futur!

Top 2019

1
4670 vues
‘Serenity’: Mélodrame sous les tropiques
2
3448 vues
‘Serenity’, magnifique flop
3
2721 vues
Port-Louis Waterfront, le souffle du renouveau