Le Metro Express, des polémiques et de l'espoir

Catégorie Idées | Tendances / Publié le 23 Mars 2018

Alors que l’île Maurice fête ses 50 ans d’indépendance dans une Inde dépendance excessive, et que l’aventure du Métro Express, chantier et enjeu majeur d’une île Maurice sans réseau ferroviaire depuis 1964, semblait un exemple flagrant de la relation privilégiée qu’entretiennent les deux pays, une respiration a émergé ces dernières semaines : le Métro Express mauricien sera espagnol, sur le modèle des tramways de Séville ou Amsterdam. Explications.

Le 31 juillet 2017, la signature du contrat de 18,8 milliards de roupies mauriciennes entre la République Mauricienne et la société indienne Larsen & Toubro avait tout d’une cérémonie officielle scellant le grand amour entre l’Inde et Maurice. Des 18,8 milliards prévues dans le contrat, 9,9 proviendront du gouvernement Indien. Bel accord.

Petit hic cependant. L’Inde, grande puissance économique et allié historique et légitime de Maurice, est peut-être le plus grand réseau ferré au monde avec 23 millions de passagers par jour, mais c’est aussi l’un des pires et plus dangereux. Dans un pays où les trains déraillent continuellement, le chantier du premier TGV indien qui reliera Ahmedabad à Bombay (en 2022) a été lancé tout récemment. Un train ultra-moderne construit par… le Japon. 

Faire un appel d’offres 100% indien (Larsen & Toubro était opposé à AFCONS, autre mastodonte indien), ne semblait donc pas forcément une bonne idée. AFCONS, dont la vidéo séduisante et moderne retraçant le parcours du métro à travers Maurice avait fait salivé pas mal de monde, a perdu. Le projet était un peu plus cher. Larsen & Toubro l’a emporté et arrive à Maurice accompagné de quelques casseroles (lire l’article de L’Express).

Larsen & Toubro ? C’est un géant de la construction basé à Bombay et fondé par deux ingénieurs Danois installés en Inde. Ce groupe a construit le métro ultra-moderne de New Delhi, le nouvel aéroport de Mumbai, les tours écologiques Kohinoor Square, l’Oberoi Hotel de Mumbai, une autoroute à Abu Dhabi… Et sur Maurice, Larsen & Toubro n’en sera pas à son premier projet. Ils ont déjà construit le gigantesque Swami Vivekananda International Conference Centre à Pailles, et la Cyber Tower à Ebene, deux réalisations emblématiques…pas vraiment réputées pour leur esthétisme et leur légèreté architecturale.

La bonne nouvelle c’est que Larsen & Toubro a choisi d’équiper le Métro Express mauricien du modèle Urbos, une gamme de tramway très écologique du constructeur espagnol CAF, qui équipe des villes comme Séville, Édimbourg, Nantes, Saragosse, Belgrade, Cincinnati, Budapest, Amsterdam, Stockholm, et bientôt la nouvelle génération de Métro à Barcelone. Le Métro mauricien sera donc hispano-indien ! 18 Urbos vont ainsi arriver sur l’île et c’est une excellente nouvelle quant à la qualité technique et au design de la future ligne mauricienne. Sur les images, le métro sera blanc aux couleurs rouge, jaune, bleu, vert. Le bleu avant le jaune et ce sera parfait !

Le chantier du Métro Express a commencé (dans la douleur) enseptembre 2017. 19 stations sur 26 kilomètres seront construites pour relier la capitale à Curepipe en près de 40 minutes, de 5h à 22h, au même prix qu’un ticket de bus. La première phase prévoit de relier Rose Hill dès septembre 2019 puis la seconde, Curepipe, en septembre 2021.

Un chantier pharaonique semé d’embuches. Faute d'une communication en amont, des conflits naissent le long du parcours, liés aux déplacements inévitables de population. La modernisation des transports en commun est pourtant indispensable pour améliorer la connectivité entre les villes et réduire les embouteillages et la pollution. La construction en cours des nouvelles gares de Victoria et de l'Immigration à Port-Louis, et bientôt du terminal de Curepipe, sont l'occasion de mettre en place un plan d’urbanisme réfléchi, avec davantage d'espaces verts et la création de zones piétonnes. Le futur Métro Express combiné aux prochains chantiers de l’échangeur du rond-point de Phoenix et du réaménagement du front de mer de Port-Louis promettent d’entrevoir un avenir un peu moins chaotique sur les routes mauriciennes...espérons-le, plus vert, dynamique et convivial. Work in progress…

Victor GENESTAR - Requiem for a Dream
Un nouveau son, une expo, un ciné ? Méfiez-vous tout lui tient à cœur ! Avec sa plume aiguisée, quand tombe le verdict, c'est "L'amour et la violence"...

Autres articles Idées et Tendances

commentez cet article

Film of the week

73%

On écoute

91%

Top de la semaine

Top du mois

3276 vues
‘Serenity’, magnifique flop
1947 vues
Kaya : hommage national au roi du Seggae
1620 vues
So, la nouvelle face de l’électro mauricienne
1525 vues
Les 16 travaux de Stephan Toussaint
1346 vues
Damien Elisa: ‘Kaya, une part de moi à jamais.’
1307 vues
Pour l'amour du Jazz!
1111 vues
Le sud en ébullition avec Oeson, The Prophecy et (...)
969 vues
A la découverte du patrimoine musical de Maurice
966 vues
Ben Harper, Rock in Trianon !
863 vues
Økuna, La Réunion lé la

Top 2019

1
4600 vues
‘Serenity’: Mélodrame sous les tropiques
2
3276 vues
‘Serenity’, magnifique flop
3
2654 vues
Port-Louis Waterfront, le souffle du renouveau