Les 16 travaux de Stephan Toussaint

Catégorie Idées | Tendances / Publié le 22 Mars 2019

120 jours. Les 10e Jeux des Iles de l’Océan Indien (JIOI) se dérouleront sur le sol mauricien, du 19 au 28 juillet 2019. Nombre de chantiers: 16. Budget alloué pour les travaux par l’État mauricien: 695 millions de roupies. Derrière l’équipe du Comité d’Organisation des Jeux des Iles (COJI), 1 homme: Stephan Toussaint, Ministre de la Jeunesse et des Sports. Tel un chef d’orchestre, il doit être sur tous les fronts: visites des chantiers, réunions avec le comité d’organisation, manifestations publiques... Le chantier est colossal, la mission quasi-impossible. Les travaux de rénovation seront-ils complétés avant les jeux? A qui profiteront ces rénovations? C’est à son bureau, au 8e étage du Citadelle Mall, à Port-Louis, qu’il a ouvert sa porte à La Isla. Souriant dans son habituelle chemise orange, le Ministre se dit "confiant", et pense "être dans les temps",  pour cet évènement d’envergure régionale.

A moins de 4 mois de l'ouverture des JIOI, où en sont les différents chantiers? 
"On devrait respecter les délais prescrits. Ce matin, j'étais au stade Georges V, à Curepipe, où les travaux ont bien avancés. La pelouse sera bientôt replantée. Dans l’ensemble, nous sommes satisfaits. Il y a seize sites, tous de gros chantiers, dont deux à Rodrigues: le stade de Camp du Roi et le gymnase de Malabar. Ces travaux sont nécessaires, car cela faisait plus de quinze ans qu’il n’y avait pas eu de rénovations des infrastructures sportives sur notre île."

En quoi consistent les travaux sur les plus gros chantiers: le stade Anjalay à Belle-Vue et le New Georges V Stadium à Curepipe?
"J’inclurais aussi la rénovation du stade Germain Comarmond à Bambous. A eux trois, ce sont effectivement nos chantiers les plus importants. Le gros du travail, pour les trois stades, est la réparation de la toiture, de l’étanchement, l’amélioration de l’éclairage et du réseau électrique, et aussi une remise à niveau des gradins. Les rénovations prévoient aussi le remplacement des pistes synthétiques, le réaménagement des portes, des partitions et des fenêtres, des retouches de peinture et le nettoyage global des sites, entre autres." 

Qu’en est-il de la construction retardée du nouveau stade de Côte d’Or, projet phare de ces JIOI?
"Le stade de Côte d’Or comprendra une piscine, un gymnase, une piste d’athlétisme et un terrain de football. Suite aux rencontres avec les contracteurs, les consultants sud-africains, et l’organisation qui gère le chantier (MMIL), nous sommes assez confiants sur l’avancée des travaux. Le climat est un facteur important. Pour le moment, on a été avantagé, car il n’y a pas eu de grands cyclones. Quoi qu’il arrive, nous avons déjà les infrastructures existantes nécessaires pour accueillir les JIOI. La vocation du futur complexe de Côte d’Or va au-delà des JIOI. L’objectif est de développer un ‘Sports Hub’ à Maurice. On y verra plus clair dans les prochaines semaines et on communiquera à ce sujet."

D’où viennent les fonds et seront-ils suffisants à réellement améliorer les infrastructures sportives? 
"Concernant les chantiers de rénovation, tout est financé par l’État mauricien (Rs 695m). Pour la construction du nouveau complexe sportif de Côte d’Or, nous avons bénéficié d’un prêt de l’État chinois. Pour le moment, les fonds sont suffisants pour couvrir les travaux. Nous recherchons encore des sponsors pour couvrir les frais liés aux cérémonies d’ouverture et de clôture, et les autres frais autour de l’événement: le logement, la nourriture et le transport."

Quels sont les objectifs derrière les campagnes de communication et de mobilisation des JIOI, en termes sportif et social?
"La campagne de communication est intense depuis 2017. Le but est que chaque Mauricien s’identifie à ces Jeux. Le sport est fédérateur. L’événement doit générer du patriotisme et de l’harmonie sociale. C’est dans cette idée que nous avons créé la campagne de sensibilisation ‘Mobilizasyon Moris 19’, autour de la musique, l’art, et où les différentes composantes de la société ont été pris en considération. Pour l’instant la star de ces Jeux, c’est Kroink (NDLR: le cateau vert, la mascotte officielle de ces Jeux)! Nous faisons en sorte de valoriser nos athlètes lors de ces manifestations, où nous donnons l’occasion au public de les approcher. Car, au moment d’encourager nos sportifs au stade, en plus du "Allez Moris", ils doivent savoir quel nom crier!"

Ces JIOI à Maurice sont l’opportunité de moderniser les infrastructures sportives. Au-delà des JIOI 2019, comment ces rénovations vont-elles servir aux Mauriciens?
"Déjà, cela profitera aux différentes fédérations. Par exemple, la fédération Mauricienne de natation bénéficiera d’une piscine complètement rénovée, notamment la piscine Serge Alfred à Beau-Bassin, et la ligue de football locale va profiter d’un terrain en bon état, au stade Georges V à Curepipe. Ce sont des infrastructures qui seront utilisées tout le long de l’année par différentes fédérations sportives. Quant au public, la piscine et le gymnase de badminton de Rose-Hill seront à leur disposition à des créneaux spécifiques."  

Sortons du cadre des JIOI. A quand le retour de la ferveur autour du football Mauricien?
"Je pense que nous pourrons essayer de surfer sur la vague des JIOI. Cela ne dépend pas uniquement du Ministère bien entendu. Il y a plusieurs autres acteurs  la fédération, les clubs, les fans… J’espère de tout cœur que les clubs et la fédération pourront utiliser cette vague des jeux pour emmener plus de personnes dans les stades. Nous avons la responsabilité du sport en général, dont la formation des jeunes. Nous ouvrons plusieurs écoles de formation dans toutes les disciplines, y compris bien sûr le football. Nous faisons en sorte que les jeunes aient des structures idéales pour pratiquer et devenir performants dans leur discipline. Quant à la ferveur, nous pouvons aider, si les clubs demandent de l’aide, mais ce n’est pas notre principale responsabilité."
 
Les JIOI approchent. Voici les activités à ne pas manquer:
Le prochain évènement est prévu pour le samedi 27 avril à la plage de Flic En Flac, avec des jeux de plages, inspirés des disciplines des JIOI, suivi d'un concert, où l’accent sera mis sur les jeunes talents. La grande question: Kroink sera-t-il présent ? A ne pas manquer, bien évidemment, le parcours de la flamme des Jeux, et la cérémonie d’ouverture des JIOI 2019, qui se tiendra au stade Anjalay à Belle Vue, dans la soirée du 19 juillet. La cérémonie de clôture est programmée au même endroit dans la soirée du 28 juillet.

Stacy FEVRIER - The Butterfly Effect
L’art d’être partout, avec toujours un coup d’avance, c’est Stacy Février. Suivez ici, et nulle part ailleurs, les nouveaux héros de la culture mauricienne et internationale.

Autres articles Idées et Tendances

commentez cet article

Film of the week

68%

On écoute

95%

Top de la semaine

Top du mois

1672 vues
‘Zoli lepok’: Emlyn nous raconte son nouveau clip
1647 vues
Hans Nayna fait sa révolution!
1350 vues
Rain et Jason Lily, ou la naissance du ‘Kreol (...)
1301 vues
Le talent fou de Shaun Beyond
1005 vues
Saodaj’: ‘J'espère que nous offrirons beaucoup d'émotion au public!’
935 vues
Eric Triton: ‘L’Art est ce qui voyage le plus (...)
879 vues
LA ISLA 2068 | Les hôtels Attitude vous invitent (...)
878 vues
Le phénomène Koffee au coeur de Spanish Town, Jamaïque
857 vues
John Wick Parabellum explose tout!
807 vues
Sheryl Smith, pour l’amour du théâtre

Top 2019

1
4793 vues
‘Serenity’: Mélodrame sous les tropiques
2
3688 vues
‘Serenity’, magnifique flop
3
2851 vues
Port-Louis Waterfront, le souffle du renouveau