Port-Louis et les parenthèses enchantées d’Alix Le Juge

Catégorie Design | Art / Publié le 27 Novembre 2017

Prendre son temps. Admirer la nature. Même dans le tumulte de Port-Louis, dans un cadre de béton difficilement respirable, un petit coin de verdure peut être le meilleur des échappatoires. « Sur la Place d’Armes, je peux m’asseoir sur un banc, à l’ombre des arbres, et j’oublie tout ! » Alix Le Juge aime la douceur. La fureur de la ville face au réconfort de la nature. La célèbre peintre mauricienne, « qui a pris le risque de peindre depuis 25 ans », a marché durant des semaines dans les rues de la capitale pour dénicher ses havres de paix. « J’ai fait des esquisses là où c’était intéressant. J’ai choisi les endroits où je me sentais le mieux, le plus apaisé. Des lieux où l’on pouvait se reposer. Cela m’a permis de faire plein de rencontres ! », nous raconte l’artiste dans la fraîcheur de l’immense grenier. Des 80 esquisses réalisées, des 30 lieux de nature spotés dans la capitale depuis septembre, ressortent une carte et dix tableaux, exposés au grenier dans le cadre de Porlwi by Nature et de l’exposition MCB Granary - Walk-through réunissant les œuvres d’une quinzaine d’artistes.

 « C’est de la peinture à l’huile. La technique est plus lente, il faut que ça sèche, c’est très thérapeutique ! », précise Alix Le Juge en nous dévoilant ses dix tableaux grands formats encore posés à même le sol dans le grenier. Trois ont été peints depuis les hauteurs de la Citadelle, vers les toits de la ville : « De là-haut, la vue est magnifique, on aperçoit même le Coin de Mire, c’est extraordinaire. Les arbres estompent le bruit ». On est littéralement sous le charme du travail de l’artiste. Envoûtants, vaporeux, légers…ses tableaux sont comme une porte dans laquelle on aimerait s’évader. « Dans mes tableaux, je suis restée fidèle au cadre, car je souhaite que le citoyen reconnaisse l’endroit et qu’il prenne conscience de la verdure qui nous entoure. » A ce petit jeu, on reconnait la pittoresque rue de la balance et sa voûte d’arbres centenaires, la Place d’Armes et son contraste entre les embouteillages et l’allée de verdure, le poétique ruisseau du Pouce, le quartier résidentiel de Plaine Verte, et le jardin de la Compagnie, poumon de verdure historique du centre-ville dans un tableau appelé ‘Guardians’, « comme ces arbres qui nous gardent et nous donnent l’oxygène. Je l’ai peint de nuit et les gardiens étaient surpris de me voir aussi tard ! Dommage que ce jardin soit fermé le soir. Des concerts sous le kiosque cela aurait beaucoup de charme. »

Son lieu préféré ? « Peut-être ce parking rue St Denis à l’ombre d’arbres âgés de 300 ans ! C’est apaisant et ces arbres ont le mérite d'être remarqué. J’aime aussi marcher le long du ruisseau du Pouce, on y découvre des endroits magnifiques. Mon coup de cœur, c’est ce vieux canal accessible depuis la rue la poudrière où coule un petit filet d’eau qui provient des montagnes ». Les montagnes, justement, Alix Le Juge y accorde beaucoup d’importance : « Ce qui est magnifique à Port-Louis ce sont ces montagnes qui entourent la ville et ces ruisseaux qui en descendent. Le ruisseau du Pouce est le symbole de ce lien entre la montagne et la ville. Je partage la vision de Pierre Baissac (Lire notre interview pour Porlwi : « Intégrer Port-Louis au cœur d’un parc national, à l’image de Cape Town »). Replanter sur les montagnes mais aussi dans la ville est nécessaire. On imagine un Port-Louis plus vert, avec des voies piétonnes. C'est important d'avoir une vison à long terme. »

Alix Le Juge complète son exposition par une carte: cinq tronçons parsemés de ses esquisses. Un parcours vert qu’elle a élaboré au fil de ses longues marches dans la capitale. La carte est le complément idéal de son exposition. Un moyen de rentrer dans son tableau et d’expérimenter en plein air la représentation de l'artiste. « J’espère que les gens vont marcher, c’est le but ; qu’ils reconnaissent ces endroits et prennent conscience de l'importance du bienfait de la nature dans la ville. » La démarche est citoyenne. Elle est surtout très stimulante, et donne envie de s’armer d’une bouteille d’eau et d’un bon bouquin pour partir à l’assaut de la ville. « J’adore les arbres », finit par nous dire Alix Le Juge. On l’aurait deviné !

Découvrez le parcours vert d’Alix Le Juge sur cette carte interactive

Infos artistes : Alix Le Juge donne des cours de peinture à Imaaya, la galerie de Charlie d’Hotman, à Phoenix : alixlejuge@gmail.com

Victor GENESTAR - Requiem for a Dream
Un nouveau son, une expo, un ciné ? Méfiez-vous tout lui tient à cœur ! Avec sa plume aiguisée, quand tombe le verdict, c'est "L'amour et la violence"...

Autres articles Design et Art

commentez cet article

Actuellement

LA ISLA 2068 #3

On lit

95%

Top de la semaine

Top du mois

2764 vues
'Unbreakable Man', Hans Nayna en mode Mad Max
1894 vues
Kan, le savant fou des instruments de récup
1774 vues
Les 10 images les plus fortes du World Press (...)
1743 vues
Le tour du monde d’AnneGa
1698 vues
'Zistwar Fer Per', le single ensorçelant de Babani Soundsystem
1659 vues
Blakkayo: "Le futur se construit avec les jeunes d'aujourd'hui"
1558 vues
'All day and a night', la rage d'une vie (...)
1547 vues
Brian Lamoureux, pour l’amour de Port-Louis
1451 vues
Morisyen San Frontyer et les belles couleurs du clip (...)
1415 vues
'Outer Banks', cool comme une chasse au trésor

Top 2020

1
11245 vues
'To merit enn kouronn', magnifique cri du cœur de (...)
2
5310 vues
Malaïka met le feu à La Réunion
3
3993 vues
AnneGa raconte son nouveau clip avec Azim Moollan