Quand Barry Jenkins adapte un roman de James Baldwin

Catégorie Popcorn | Le film de la semaine / Publié le 21 Février 2019

Lors d’une visite en Europe, en 2013 - en pleine écriture de ‘Moonlight’, qui triomphera aux Oscars : meilleur film et meilleur scénario 2017, le réalisateur américain, Barry Jenkins, décide d’adapter un roman de James Baldwin. Activiste et auteur afro-américain proéminent des années 40 à 80, Baldwin traitait dans ses écrits de la complexité des différences raciales, sexuelles et hiérarchiques de la société occidentale. ‘If Beale Street Could Talk’, cinquième roman de Baldwin, est la première œuvre de l’auteur à être adaptée au cinéma. Le film s’ouvre avec cette phrase du romancier : ‘’Every black person in America was born on Beale Street…’’, faisant référence à cette rue de Memphis où est né le Blues. Barry Jenkins signe avec ’If Beale Street Could Talk’ son troisième long métrage. Un duo, forcément très attendu. 

‘If Beale Street Could Talk’ raconte l’histoire d’amour entre Tish (KiKi Layne, ‘Veracity’) et Fonny (Stephane James, ‘Selma’) dans les années 70 à Harlem. Alors qu’ils viennent tout juste d’emménager ensemble, Fonny se fait accuser à tort, d’avoir abusé de Victoria Rogers (Emily Rios, ‘Snowfall’). Les familles de Tish et Fonny vont se battre ensemble pour prouver l’innocence du jeune homme, face à un système juridique profondément raciste. 

Film très attendu après le succès de ‘Moonlight’, ‘If Beale Street Could Talk’ est sorti le 25 décembre au Etats-Unis, et ne sortira surement jamais à Maurice. L’adaptation de ’If Beale Street Could Talk’, roman acclamé, était délicate mais Barry Jenkins réussit habillement à se l’approprier. On retrouve la signature du réalisateur de 39 ans dans cette production : Puissance narrative, magnifique photographie à l’image de ‘Moonlight’, et casting méconnu mais brillant. Son parti-pris de se concentrer davantage sur les visages et les corps que sur les mots de ses personnages est original mais particulièrement efficace. Mais à trop forcer sur l’émotion et quelques grosses ficelles scénaristiques, Barry Jenkins amoindri la dimension politique du roman de Baldwin.

 ‘If Beale Street Could Talk’, nommé dans trois (petites) catégories aux prochains Oscars, reste un film que nous vous conseillons vivement. 


If Beale Street Could Talk – 75%
De Barry Jenkins
Avec Kiki Layne, Stephan James, Regina King
Genre: Drame
Durée: 1h59
Visa: No
Synopsis: Harlem, dans les années 70. Tish et Fonny s'aiment depuis toujours et envisagent de se marier. Alors qu'ils s'apprêtent à avoir un enfant, le jeune homme, victime d'une erreur judiciaire, est arrêté et incarcéré. Avec l'aide de sa famille, Tish s'engage dans un combat acharné pour prouver l'innocence de Fonny et le faire libérer.

Aniouta COTEGAH - Juste la fin du monde
Jeune, libre et impertinente, avec Aniouta Cotegah le futur c'est maintenant. La nouvelle vague? Sa passion. Son idole? Xavier Dolan, forcément.

Autres articles Popcorn et Le film de la semaine

commentez cet article

Film of the week

70%

Nos critiques

70%
de M. Night Shyamalan
69%
de Steven Knight
75%
De Barry Jenkins
68%
de Steve McQueen (II)
83%
de Dan Gilroy
Dans les salles

Top de la semaine

Top du mois

3176 vues
‘Serenity’, magnifique flop
2634 vues
Port-Louis Waterfront, le souffle du renouveau
1913 vues
Kaya : hommage national au roi du Seggae
1480 vues
Tamarin, Surf et Photographie avec Keïvan Cadinouche
1357 vues
Le nouveau diamant brut de la Jamaïque
1328 vues
Damien Elisa: ‘Kaya, une part de moi à jamais.’
1276 vues
Pour l'amour du Jazz!
1208 vues
Sakifo frappe fort pour ses 15 ans !
1059 vues
Media Trust Awards: And the winner is...
953 vues
A la découverte du patrimoine musical de Maurice

Top 2019

1
4584 vues
‘Serenity’: Mélodrame sous les tropiques
2
3176 vues
‘Serenity’, magnifique flop
3
2634 vues
Port-Louis Waterfront, le souffle du renouveau