Amour, Surf et Dévid (2.0)

Catégorie L'artiste de la semaine / Publié le 25 Juin 2020

''Je vis à Pereybère mais vous me croiserais probablement à Tamarin. Je ne sais pas me repérer dans Curepipe. Si vous me croisez à Curepipe, aidez-moi. J’aime la mer et la montagne, le surf et la randonné. J’adore la musique, si elle est bonne. Je suis perfectionniste. Je suis mal à l’aise dans les supermarchés mais j’aime bien repérer les packagings au design asiatique old school douteux. Ça reste de l’art. J’adore le café. Et le petit déjeuner. Mais je ne suis pas fan du réveil en général. Mais j’aime bien être réveillé. J’aspire à m’éveiller un peu plus aussi. Puis surtout j’aime l’art, sous toute ses formes!'' Dévid est notre artiste de la semaine. Inspiré par le confinement, l’artiste designer mauricien Dévid ''redémarre''. Il a lancé dernièrement une campagne de crowdfunding. Le but, récolter les fonds nécessaires pour la création de son site web.

C’est en 2015 que débute le parcours de Dévid. ''J’ai simplement décidé de passer plus de temps à faire ce que j’aime. Depuis les choses n’ont pas cessées d’évoluer.'' Du papier il passera aux murs, notamment dans le cadre du festival Porlwi en 2016, puis aux T-shirts, roulotte, planches de surf, couverture de magazine, live painting (Dreamers 4 sera d’ailleurs son premier). ''Toutes ces opportunités m’ont conforté dans ma direction. J’ai trouvé le chemin vers la galerie d’art Imaaya pour ma première exposition solo en août 2018. Je n’aurais jamais imaginé arriver jusque-là!'' Après trois ans d’évolution, Dévid décide de quitter Maurice pour quelques mois. Direction l’Asie! ''Je rêvais de laisser des traces de mon art dans le monde. Et là, en Inde, je rencontre un artiste anglais. Il a déjà repéré les murs, une voiture abandonnée! On aurait dit qu’il attendait juste que je débarque. En deux semaines je finalise deux fresques dans les rues de Rishikesh (ville au nord de l’Inde), l’une en collaboration avec mon ami (Joey La Meche) et l’autre dans un café avec une vue incroyable sur le soleil couchant sur le Gange. Puis je peins une vieille voiture Ambassador sur le chemin vers le fameux ‘Beatles Ashram’. Un mois et demi plus tard je suis à Kâmpôt dans le sud du Cambodge, à l’‘Open Studio’ (NDLR : un studio qui aide les jeunes cambodgiens défavorisés et handicapés à travers l’art) en train de monter la première exposition solo d’un jeune artiste Khmer invalide qui a commencé à dessiner dans la terre en surveillant les vaches. J’ai laissé une dernière fresque à Ubud, à Bali, avant de rentrer à Maurice avec un profond sentiment d’accomplissement et de plénitude.''

L’aventure continue aujourd’hui pour le jeune artiste qui enchaîne les collaborations avec notamment Santosha surfboars, Brabant Clothing et l’exposition digitale ‘Homegrown’ avec Imaaya. Dans son travail, il s’inspire de la nature, de la féminité, de ce qui le touche au quotidien. ''Il y a pas mal de féminité dans mon travail en ce moment. Merci aux femmes qui m’entourent, que j’admire et m’inspirent personnellement. Les hommes ont tellement à apprendre des femmes. Il y a aussi des pensées sur le monde, les choses qui je pense ont une vraie valeur au milieu de ce tourbillon de matérialisme superficiel dans lequel nous évoluons. Mon mot d’ordre restera ‘Amour’, le reste découle de là.'' Inspiré par la situation sanitaire et le confinement, il décide de lancer sa campagne de crowdfunding. ''Avoir des fonds pour un projet artistique à Maurice n’est pas évident. C’est une période ou l’entre-aide et le soutien devraient devenir des comportements du quotidien, peu importe sous quelle forme et pour qui. Le crowdfunding est un bon outil pour tout le monde y compris les artistes. Et j’apprécie beaucoup le côté humain du crowdfunding, un projet financer par un crowdfunding le rend encore plus beau.''

Dévid souhaite récolter suffisamment de fonds pour lancer son site web et développer son marché sur le plan local et international. ''C’est un peu comme un entrepreneur qui passe d’un espace de co-working à un autre jusqu’au moment où il ouvre son propre bureau! Aujourd’hui nous sommes à environ 75% de la somme à atteindre (Rs30,000). Merci au 33 généreux donateurs jusqu’ici! Avec un don de Rs500 vous participez à un tirage au sort pour remporter une de mes illustrations.''

Pour aider Dévid dans sa démarche, cliquez ici.

'L'artiste de la semaine' c'est chaque semaine avec La Isla Social Club en collaboration avec les hôtels Attitude. Accédez au classement de tous les artistes et cliquez sur 'Devenez Fan' pour suivre l'actualité d'un artiste mauricien (ou installé sur l'île) en particulier. 

Aniouta COTEGAH - Juste la fin du monde
Jeune, libre et impertinente, avec Aniouta Cotegah le futur c'est maintenant. La nouvelle vague? Sa passion. Son idole? Xavier Dolan, forcément.

Autres articles L'artiste de la semaine

commentez cet article

Actuellement

LA ISLA 2068 #3

Film of the week

86%

On écoute

92%

Top de la semaine

Top du mois

1814 vues
'Petite Reine', le beau clip d’Oeson en hommage à (...)
1377 vues
Chronique d’un drame écologique avec Alix Le Juge
1345 vues
Ribongia, Jason Heerah et le seggae du futur
1239 vues
Maya Kamaty x Babani Soundsystem, 'Dark River' se transforme (...)
1067 vues
Le voile se lève sur le Kaz'Out 2020!
762 vues
Pangar, La Réunion crépite !
670 vues
C'était 'Dreamers - La Nuit du Musée'!
597 vues
Mrs. America, une icone anti-féministe pour l'histoire
581 vues
[Vidéo] Le clip de Rain @ We Love Maurice (...)
557 vues
[Vidéo] Good Morning Tamarin avec AnneGa!

Top 2020

1
12069 vues
'To merit enn kouronn', magnifique cri du cœur de (...)
2
5976 vues
Malaïka met le feu à La Réunion
3
5646 vues
Blakkayo: "Le futur se construit avec les jeunes d'aujourd'hui"