Ombres et lumière sur l’exposition de Raymond Levantard à Imaaya

Catégorie L'artiste de la semaine / Publié le 05 Juillet 2019

Assis derrière une table de travail placée dans un coin de la galerie Imaaya, à Phoenix, Raymond Levantard (aka RYMD) reçoit La isla pour parler de sa première exposition solo à Maurice, ‘Obscurantism’. Des lignes tracées au fusain, des mouvements chaotiques et poétiques sur la toile, la signature de Raymond se distingue facilement. Vingt de ses œuvres ornent les murs de la galerie fondée par Charlie d’Hotman. Si Raymond semble être dans son élément, c’est que cela fait trois mois qu’il a fait de cet endroit de la zone industrielle de Phoenix son QG… et cela jusqu’au 19 juillet prochain.    

Le titre de l’exposition ‘Obscurantism’ interpelle (Ndlr: L’obscurantisme se défini comme une opposition au savoir, à la culture et au progrès des sciences). "C’est simplement le nom de l’exposition. Un terme propice à l’expo où j’invite les gens dans mon monde, mon enfance, mon vécu et avec les personnes avec qui j’ai grandi, mais les interprétations sont subjectives", explique Raymond Levantard. "Je n’ai pas réinventé la roue, mais maintenant je sens que c’est plus posé, plus profond et cela me représente plus", ajoute l’artiste. Un travail d’introspection, guidé par les conseils de Charlie d’Hotman durant la préparation de l’expo. Son approche est intime et traite de ses origines (Ndlr: Raymond a entrepris plusieurs voyages pour découvrir ses racines depuis février 2018, notamment à La Réunion, en Inde et en Afrique du Sud), son inconscient féminin, son enfance et l’art. "Je suis inconsciemment influencé par mon environnement et les gens autour de moi."  

L’artiste de 31 ans invite le public dans un univers particulièrement mystérieux. Afin de prolonger le dialogue qu’il veut établir avec les visiteurs, Raymond lance en parallèle une expérience artistique intitulée ‘Mess with Ray’, pour découvrir sa capacité à lâcher prise et explorer à travers la peinture et le dessin le pouvoir de la création. Deux sessions de 1h30 se tiendront les 10 et 17 juillet à partir de 18h30, à la galerie Imaaya.

Cet habitué de nos événements, notamment Dreamers 3 et La isla 2068, a parcouru un long chemin depuis ses débuts en 2015 et les expos collectives ‘13’ et ‘Between the Lines’ de la galerie Imaaya. Des deux murs XXL dans les rues de Port-Louis (La vielle poste dans le cadre de Porlwi by Light en 2016, puis à chinatown), en passant par la Rogers House (l’expo ‘Metaform’ par The Third Dot), le lobby du Hennessy Park Hotel à Ebène, les murs d’un ‘hostel’ à Pushkar en Inde, sans oublier les locaux de La isla, les œuvres du street-artist-peintre-sculpteur mauricien sont partout! Raymond Levantard est notre artiste de la semaine.

Accédez à la fan zone pour voir la fiche de Raymond Levantard.

'L'artiste de la semaine' c'est chaque semaine avec La Isla Social Club en collaboration avec les hôtels Attitude. Accédez au classement de tous les artistes et cliquez sur 'Devenez Fan' pour suivre l'actualité d'un artiste en particulier.

Stacy FEVRIER - The Butterfly Effect
L’art d’être partout, avec toujours un coup d’avance, c’est Stacy Février. Suivez ici, et nulle part ailleurs, les nouveaux héros de la culture mauricienne et internationale.

Autres articles L'artiste de la semaine

commentez cet article

Film of the week

60%

On écoute

79%

Top de la semaine

Top du mois

1605 vues
Tanzii, quand dessin rime avec magie!
1294 vues
Les artistes qui vont secouer le Kaz'Out 2019!
1243 vues
Lolita Lélé, le nouveau tube de Batuk et Les (...)
1115 vues
Ici c’est Paris Mauritian All Stars !
1041 vues
Realiz to bann rev, ‘l’hymne à la motivation’ d’Osmosis (...)
1036 vues
Le Beau Plan Creative Park aux couleurs de Dreamers (...)
1024 vues
D&L, pour une industrie de la mode éthique à (...)
966 vues
Natty Gong en freestyle dans les rues de Londres (...)
946 vues
Labelle, La Réunion du futur
868 vues
Junior Marina, de Konpoz to Lamizik à Dreamers X

Top 2019

1
5583 vues
Le nouveau clip très ‘hot’ de Saodaj’
2
5062 vues
‘Serenity’: Mélodrame sous les tropiques
3
4085 vues
‘Serenity’, magnifique flop