Prix Pritzker 2021: le bien-être l’emporte sur les paillettes

Catégorie Design | Architecture / Publié le 17 Mars 2021

Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal ont reçu ce mardi 16 mars le prix Pritzker 2021, la récompense la plus prestigieuse du monde de l’architecture. Le duo français succède au duo irlandais Yvonne Farrell et Shelley McNamara (lire notre article: Deux femmes remportent le prix Pritzker 2020). Après les stars Christian de Portzampac (1994) et Jean Nouvel (2008), le Prix Pritzker (crée par l’homme d'affaires américain Jay Pritzker en 1979) récompense pour la troisième fois le travail d’un cabinet français.

Duo méconnu du grand public, très éloigné du star-system en vogue dans le milieu, Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal aiment la lumière… mais surtout l’espace. Leur philosophie de l’architecture est particulièrement engagée, tant socialement qu’écologiquement, symbolisée par des budgets modestes et l’usage combiné de techniques écologiques et de matériaux simples pour un but ultime: la quête de liberté, avec des espaces maximisés censés favoriser le bien-être du plus grand nombre.

L’exemple le plus célèbre: le Palais de Tokyo. Ce musée parisien érigé pour l’Exposition universelle de 1937 a été transformé par le duo sur deux phases (2002 et 2012) en un impressionnant Centre d’art contemporain. Fini les murs blancs typiques des musées, place à d’immenses espaces inachevés, où tout le décor peut être (ré)inventé. Le sentiment de liberté pour l’artiste est total, tout comme le plaisir du visiteur.

Autres réalisations remarquables d’Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal: le FRAC de Dunkerque (2013) et l'Ecole Nationale d’Architecture de Nantes ou ENSA (2009), école bien connue de Maurice depuis qu'une antenne y a été installé il y a quelques années à l'Uniciti Education Hub de Pierrefonds (à ce jour unique école d'architecture de l'île). Sans oublier la célèbre 'maison Latapie' (ces réalisations sont à découvrir dans notre diaporama en haut d’article). Cette maison très simple imaginée en 1993 pour une petite famille d’un quartier modeste de Bordeaux offre un espace de vie optimal, tourné vers la lumière, exploitable et modulable selon les saisons. 

Symbolique de la démarche responsable du duo, le journal 'Le Monde' rappelle une anecdote marquante de leur parcours: sollicité pour embellir une place de Bordeaux, le duo proposera de… ne rien changer! Après consultations, ils avaient constaté que les riverains trouvaient cette place déjà très belle et fonctionnelle. Ils proposeront simplement d’améliorer l’existant: entretien des arbres, propreté et circulation. Economique. Le bien-être l’emporte sur les paillettes, ça ferait un bon titre non?

Victor GENESTAR - Requiem for a Dream
Un nouveau son, une expo, un ciné ? Méfiez-vous tout lui tient à cœur ! Avec sa plume aiguisée, quand tombe le verdict, c'est "L'amour et la violence"...

Autres articles Design et Architecture

commentez cet article

Film of the week

83%

On écoute

88%

Top de la semaine

Top du mois

1603 vues
Les révélations sidérantes de 'Seaspiracy'
1390 vues
'Woke', Vincent Brasse en plein cœur
1041 vues
'Dan Bwa', la fête mauricienne selon Babani Soundsystem
894 vues
'Godzilla vs. Kong', gigantesque délire
878 vues
Dansez avec le nouveau Jungle !
876 vues
'The Dissident', magistral documentaire sur l’affaire Khashoggi
840 vues
De Bombay à New-York avec Davesar
823 vues
Prix Pritzker 2021: le bien-être l’emporte sur les paillettes
801 vues
'Le Serpent': De la Hippie Trail à la Freak (...)
793 vues
'Akelarre' met le feu au bûcher

Top 2021

1
1603 vues
Les révélations sidérantes de 'Seaspiracy'
2
1390 vues
'Woke', Vincent Brasse en plein cœur
3
1041 vues
'Dan Bwa', la fête mauricienne selon Babani Soundsystem