‘Serenity’: Mélodrame sous les tropiques

Catégorie Idées | Tendances / Publié le 31 Janvier 2019

Un vent de panique souffle sur l’île Maurice. Le petit poucet du cinéma mondial, qui rêvait d’attirer les beaux dollars de la puissance américaine, voit soudainement son rêve s’éloigner. On y va fort, ok, mais la tendance est mauvaise: la première production hollywoodienne de l’histoire tournée (intégralement) sur le sol mauricien s’avère être un fiasco. Un flop commercial? C’est une certitude: Le film sorti le 25 janvier aux Etats-Unis n’a récolté ‘que’ 5,2 millions de dollars lors de sa première semaine d’exploitation, soit la huitième place et la plus mauvaise première semaine de la carrière de l’actrice Anne Hattaway. Damned! Un mauvais film? Nous ne l'avons pas vu, mais les critiques spécialisés sont plus ou moins unanimes et se déchaînent avec une rare violence aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne (Le site Metacritic, référence absolue de la note des médias, affiche un score moyen de 38 sur 100; et Rotten Tomatoes, référence de la note des spectateurs, affiche une moyenne de 23 sur 100): ‘L'un des rebondissements les plus mal conçus de l'histoire récente’ selon The Guardian, ‘Un film noir fourre-tout absolument absurde’ selon The New-Yorker, ‘Les dialogues sont mauvais à la limite de l’auto parodie’ selon le Washington Post. D’autres sont plus ironiques et nuancés: ‘Le meilleur genre de mauvais film’ selon The Guardian, ou encore, un ‘magnifique véritable fiasco’ selon Vanity Fair. Le drame Hitchcockien tant attendu s’avérerait être un film à l’histoire ‘aberrante’, ‘sans âme’ et au twist final ‘catastrophique’. Aïe! La sortie repoussée à deux reprises du film, initialement annoncé pour septembre puis décembre 2018, étaient des indices peu rassurants.

"Nous avons désormais un pied à Hollywood", disait à raison, mercredi 23 janvier à New York, Vikram Jootun, directeur de la Mauritius Film Development Corporation. Une délégation mauricienne s’était déplacé pour l’avant-première à Manhattan. Avoir attiré à Maurice ‘Serenity’ et son cortège de stars (Les acteurs Matthew Mcconaughey, Anne Hathaway, Diane Lane, Djimon Hounsou, Jason Clarke, ainsi que le réalisateur Steven Knight, créateur de la série ‘Peaky Blinders’, entourés d'acteurs et techniciens majoritairement mauriciens) avait tout de l’exploit et de la bonne nouvelle (lire notre article: ‘L’île Maurice nouvel eldorado d’Hollywood’). L’objectif de devenir l’un des endroits les plus attractifs au monde pour y tourner un long métrage est séduisant et plein de promesses pour une industrie locale qui rêverait de pouvoir prononcer le mot 'Mauriwood'. Aviron (le petit studio américain qui a produit ‘Serenity’) c’était surement réjoui d’économiser près de 10 millions de dollars sur les 25 millions du budget du film grâce au "Film Rebate Scheme" (une mesure incitative pouvant couvrir jusqu’à 40% des dépenses liés à la production d’un film sur le sol mauricien). Le virulent échec (commercial et critique) sur 'Serenity' est une fausse note qui a tout de la mauvaise nouvelle.

Heureusement, Maurice, son île et son savoir-faire, ne sont pas associés au lot de critiques. Dans le film, l‘action se déroule dans l’île fictive de Plymouth island, et seul certains journalistes évoquent le lieu de tournage: ‘’L’île Maurice apparaît dans Serenity comme un lieu minuscule aux paysages paradisiaques, avec un seul bar, un seul policier et quelques locaux qui sont au courant des affaires de tout le monde’ raconte Variety dans sa critique du film (pour rappel tourné entre Trou aux Biches, Mont Choisy et la côte Est).

L’échec de ‘Serenity’ aura-t-il une influence sur les futurs tournages espérés sur l’île, et donc sur le futur de l’industrie cinématographique mauricienne? Peut-être pas. Mais du côté d’Hollywood, un microcosme où la superstition et la parano sont reines, on y réfléchira à deux fois avant de venir tourner sur notre île. Bref, pour une première, c’est regrettable! Rendez-vous en février, dans les salles mauriciennes, pour se donner une idée plus personnelle de 'Serenity'!


Victor GENESTAR - Requiem for a Dream
Un nouveau son, une expo, un ciné ? Méfiez-vous tout lui tient à cœur ! Avec sa plume aiguisée, quand tombe le verdict, c'est "L'amour et la violence"...

Autres articles Idées et Tendances

commentez cet article

Film of the week

70%

On écoute

91%

Top de la semaine

Top du mois

2483 vues
Le sud en ébullition avec Oeson, The Prophecy et (...)
2179 vues
Baba Gaïa, déesse des couleurs
1814 vues
L’envoûtement selon Saodaj’
1765 vues
So, la nouvelle face de l’électro mauricienne
1742 vues
Les 10 films que l’on attend le plus avant (...)
1730 vues
Les 16 travaux de Stephan Toussaint
1142 vues
Le Grenier de tous les fantasmes
1138 vues
Batuk secoue l’Afrique du Sud et la planète!
937 vues
Danielle Halbwachs, de retour sur ses terres
862 vues
LA ISLA 2068, en route pour le futur!

Top 2019

1
4671 vues
‘Serenity’: Mélodrame sous les tropiques
2
3448 vues
‘Serenity’, magnifique flop
3
2721 vues
Port-Louis Waterfront, le souffle du renouveau